ORL

Angine Otite

Trachéites

Bronchite

Grippe

Histoire de notre sphére ORL

L'allergie qu'est-ce que c'est ?

L'été, ballades en forêt et déjeuners sur l'herbe… Mais aussi le retour d'un rhume des foins tenace qui durera jusqu'à l'automne. Gênes multiples, complications, comment aller mieux ? Comment éviter les infections, l'asthme, la fatigue, la lassitude des traitements ? Comprendre la pathologie, se rassurer sur les possibilités de soins sans effets secondaires, vivre enfin libéré !

Nez qui pique et qui démange, éternuements, sensation permanente d'avoir les oreilles bouchées, yeux bouffis au réveil qui pleurent à la moindre ballade dans les champs...

Le printemps n'est pas toujours une période bénie, et si les symptômes de la rhinite allergique sont sans gravité, ils restent difficiles à supporter au quotidien. Pénible de passer son temps à se moucher, d'avoir les yeux irrités et gonflés ou encore d'éternuer toutes les 5 minutes !

Souvent, ce sont les pollens qui déclenchent ces crises : il s'agit alors de rhinites allergiques saisonnières, ou "rhume des foins". En effet, les pollens sont surtout présents selon les régions entre février et septembre.

Tous les pollens ne sont pas allergisants : les pollens doivent contenir des protéines reconnues par la personne allergique et déclencher une réaction... et la présence de ces protéines peut varier d'une région à l'autre, pour une même espèce d'arbres !!

Les pollens allergisants sont disséminés par le vent, ils peuvent donc être inspirés : ceux qui sont disséminés par les insectes ne sont pas sources de crises de rhumes des foins.

Les plantes à pollens les plus allergisants sont : les graminées (herbes des prairies), l'armoise, l'ambroisie et l'ortie, les cyprès, les bouleaux, les chênes et les platanes.

Lorsque le produit allergisant est présent en permanence dans l'environnement, les symptômes sont présents tout au long de l'année. L'allergie est alors due à des éléments "domestiques" : poils d'animaux domestiques, plumes ; poussières de maison (dont les célèbres acariens), blattes, farine, etc.

L'allergie ne doit pas être sous-estimée : les surinfections tournent à la chronicité : les bactéries profitent de l'inflammation et les défenses immunitaires sont débordées : sinusites, otites, vertiges,… fatigues, déprimes, douleurs,… asthme, bronchites, … cystites, conjonctivites, … tout peut être prévenu et soigné

Conseils du pharmacien :

éviter les contacts avec les allergènes conseils multiples :

  • Laver le nez avec un produit adapté à votre problème : allergènes et surinfections.
  • Douche le soir (laver les cheveux)
  • Fogger pour la chambre contre les acariens
  • Eviter l'humidité si allergies aux moisissures
  • Ranger le pain si allergie aux farines

Augmenter la capacité à détruire les oxydants de l'organisme :

  • Vitamines et oligo éléments anti oxydants deux mois avant les contacts ou plusieurs cures par an

Solutions allopathiques ou non selon votre sensibilité ou vos antécédants :

  • Plantes
  • Huiles essentielles
  • oligosols
  • anti histaminiques
  • corticoïdes

À savoir
Le plus souvent les rhumes sont dus à des virus.
Classiquement, ils commencent par un écoulement nasal clair pendant 2 ou 3 jours puis l’écoulement devient épais.
Ils peuvent s’accompagner de fièvre, de maux de tête, d’éternuements, d’une irritation de la gorge.
Parfois, ils ouvrent la porte à des surinfections par des bactéries (otites, sinusites, bronchites…)

En pratique
► Lavez votre nezUtilisez du sérum physiologique ou un spray d’eau de mer. Renouvelez le lavage plusieurs fois par jour.
► DésinfectezComplétez le lavage par des gouttes nasales antiseptiques.En fonction des symptômes ressentis :
► Décongestionnez (si votre nez est bouché)Faites des inhalations 2 ou 3 fois par jour.Utilisez un inhalateur de poche dans la journée.En l’absence de contre-indications (elles sont nombreuses !), vous pouvez prendre un médicament vasoconstricteur.
► Stoppez l’écoulementEn l’absence de contre-indication, certains médicaments calment « le nez qui coule ».Ils peuvent être associés à un vasoconstricteur lorsque le nez coule et se bouche en alternance.
► Calmez l’irritationAppliquez si besoin sur votre nez irrité par les mouchages une pommade à base de vaseline.
► Luttez contre la fièvreEn l’absence de contre-indication, utilisez un médicament contre la fièvre.Attention, beaucoup de traitements « anti-rhume » en contiennent déjà.
► Pensez homéopathieUn traitement existe pour chaque type de symptômes.Vous pouvez l’associer aux autres traitements du rhume.- Humidifiez l'air avec un humidificateur ou un linge humide sur le radiateur.- Diffusez des huiles essentielles antiseptiquesAdoptez les bons réflexes
► Purifiez l’atmosphère- Evitez de surchauffer (18 °C maxi dans les chambres).- Humidifiez l'air avec un humidificateur ou un linge humide sur le radiateur.- Diffusez des huiles essentielles antiseptiques.
► Ne fumez pas, évitez les atmosphères enfumées
► Evitez la contagion- Lavez-vous les mains fréquemment.- Portez un masque, surtout en présence de nourrissons.- Utilisez des mouchoirs jetables.- Aérez après le passage d’une personne enrhumée.- Toussez main devant la bouche !- Ne partagez pas vos objets personnels (verre, sprays d’eau de mer…).
► Mangez équilibréPour limiter les manques en fer et en vitamine C (qui participent aux défenses de l’organisme.
► Buvez abondamment (eau, infusions…)
► Prévenez les récidivesLavez-vous les mains et le nez régulièrement.Faites une cure de vitamine C ou d’oligoéléments.Evitez les endroits surchauffés en hiver (grands magasins…).