OMEGA 3

Les Oméga 3 sont des acides gras dit « essentiels », ce qui signifie qu’il est nécessaire d’en consommer car ils sont indispensables à la santé. L’organisme ne sait pas en fabriquer.

Par exemple dans le cas de la dyslexie, les facteurs génétiques en jeu seraient des anomalies légères du métabolisme des acides gras, faisant en sorte que les besoins alimentaires habituels en ces éléments nutritifs essentiels sont accrus…Un moyen simple d’aider un grand nombre de sujets en difficulté d’apprentissage. 

Dans le cerveau, on constate de plus bas niveaux d’acétylcholine en cas de maladie d’Alzheimer. Ainsi, la choline peut aider les gens qui souffrent d’Alzheimer ou d’autres formes de démence, en augmentant le niveau d’acétylcholine dans le cerveau nécessaire au stockage et au rappel de souvenirs dans le cerveau. La choline peut augmenter la mémorisation, surtout chez les personnes d’un certain âge. Les Oméga 3, acides gras essentiels, ont ici une importance toute particulière. Les sources alimentaires principales de choline : œufs, foie de poissons, porc, bœuf, poissons (cabillaud ou morue, saumon) crevettes, soja, son de blé et d’avoine, amandes, pignons de pin, amandes, noix de macadamia, chou, choux de Bruxelles, brocolis, artichauts…

Les principales sources marines d’Oméga 3 proviennent des huiles de poisson et de certaines micro-algues. Les principales sources végétales d’Oméga 3 proviennent d’huiles : graines de lin, de chanvre, de chia… Les sources d’Oméga 3 d’origine marine, sont constituées de molécules à longues chaînes, EPA et DHA tandis que ceux de sources végétales sont constitués de molécules à chaînes plus courtes comme l’AAL (acide alpha linolénique).

Pour les problèmes neuronaux, troubles de l’humeur et dépression, il est important de lire les étiquettes et de choisir des formules riches en EPA, avec moins de DHA. C’est aussi le cas dans les problèmes inflammatoires et la grossesse.

LERECA® OMEGA 3 MARINS a un rapport idéal avec EPA 35% et DHA 25% pour ses capsules de 500 mg d’huiles de poissons sauvages des mers froides.

Les acides gras Oméga 3 apportent un bénéfice important dans la nutrition cérébrale. Une étude a montré que les Oméga 3 empêchent l’augmentation induite par la kétamine de l’activité acétylcholinestérase (destruction de l'actyl choline) dans un modèle animal de schizophrénie (1).

Beaucoup d’études ont été publiées au sujet des acides gras Oméga 3 et de leurs bénéfices neuronaux (schizophrénie, démences, dépression (2), troubles de la mémoire, troubles de l’apprentissage (4) (5) et dyslexie (3).