Créer un site internet

Le périnée et la constipation

 

Le matin au lever, boire un grand verre d’eau fraîche
Aller à la selle dès que le besoin arrive
 
 
 

Manger un petit déjeuner habituel
Thé pain
Café pain
Lait pain
Jambon ou œuf
Ou mieux : 2 ou 3 fruits (pomme pour que la mastication déclenche le péristaltisme intestinal), laitage.
Aller à la selle dès que le besoin arrive
 

Boire un bon verre d’eau fraîche
Aller à la selle dès que le besoin arrive
 

Mettre une crème anesthésiante sur l’anus
Puis sur le suppositoire contre la constipation.
Aller à la selle dès que le besoin arrive
Aller dans la salle de bain,
Poser les coudes sur le lavabo,
Croiser les bras en appui sur le lavabo
Dos droit
Et expirer à fond,
Le ventre rentre automatiquement
Faire cet exercice plusieurs fois
Aller à la selle dès que le besoin arrive
 

S’asseoir en tailleur sur le lit
Ou au bord du lit ou s’allonger
Masser le ventre en appuyant en commençant :
Par le haut droite (foie)
Tout droit vers la gauche (intestin transverse)
Descendre vers le bas gauche
Obliquer vers la droite
Jusqu’à l’appendice
Remonter haut droit
Recommencer
Aller à la selle dès que le besoin arrive
 
Si tout ceci n’a servi à rien, allez faire une promenade
 
Revenez et recommencez les exercices
Aller à la selle dès que le besoin arrive

Comment pousser sans perturber le périnée

Au moment de la défécation :

Il faudrait se rapprocher de la poussée naturelle ou physiologique .
Le problème est simple, en théorie :
Il s'agit de ne pas pousser le diaphragme vers le bas, en gonflant le ventre, mais d'obtenir un serrage puissant des abdominaux bas, en ceinture.
Ce sera donc une expiration (souffler), qui serre le ventre et refoule le diaphragme vers le haut
Mais si on se contente de souffler tranquillement, il n'y aura pas d'augmentation de pression, puisque le serrage sera compensé par la remontée du diaphragme qui fera de la place en hauteur.
Il faut donc freiner l'expiration,
c'est-à-dire mettre une résistance à la sortie de l'air, pour que le diaphragme ne remonte pas trop facilement, pour obliger les abdominaux à travailler plus fort pour refouler ce diaphragme vers le haut.
Si le tube de dentifrice est un peu bouché, il faudra une pression plus importante pour faire sortir la pâte. ..

Donc on va :

  • D'abord respirer simplement : expirer (souffler), puis laisser se faire une inspiration (l'air entre dans nos poumons)
  • souffler en serrant fortement les abdominaux bas, concentriquement, pendant qu'on résiste à l'écoulement de l'air avec la main.

La pression va augmenter dans l'enceinte abdominale mais les viscères seront dirigés vers le haut et non vers le bas, puisque le diaphragme ne descend pas mais au contraire remonte très progressivement.

La contraction au niveau le plus bas des abdominaux soutient, elle aussi, les organes en dessous et les plaque contre le sacrum, qui offre un point sur lequel l'appui devient efficace.
Si vous avez une bonne position, penché en avant, l'axe de poussée est bien aligné, le coccyx tiré en arrière et le sphincter s'ouvre sans bomber.

Si vous regardez un nourrisson, après trois mois environ,
Il ramène ses cuisses sur son ventre, bloque la glotte, devient tout rouge et émet une sorte de grognement : l'air sortant difficilement, il s'agit donc d'une expiration très freinée.
Mais si vous touchez son bas-ventre pendant qu'il pousse ainsi, vous verrez qu'il n'est pas en train de gonfler le ventre en le poussant en avant, il ne fait pas « sauter la ceinture ».
Au contraire, son abdomen est très dur, très tenu en bas, et c'est cela qui est important pour que seul descende le contenu, c'est-à-dire les selles, et non le contenant, le rectum et tous les autres organes autour.

COMMENT S'ENTRAÎNER
Prenez un ballon à gonfler, rond (les longs sont trop durs), pas trop gros.

Asseyez-vous, penché en avant, dos étiré.
Expirez (soufflez),
laissez-vous inspirer tranquillement puis
serrez fortement le bas du ventre, en même temps que vous soufflez dans le ballon.
Il est important que l'effort parte du ventre et non de la poitrine.
Il ne faut pas se tasser, laisser descendre la poitrine, mais au contraire grandir en expirant, pousser vers le haut tout le corps.
Le ballon offre une résistance à la sortie de l'air.
Pour la vaincre, il faut que les abdominaux soient assez forts pour refouler le diaphragme malgré la résistance.
Gonfler un ballon.
Premier temps: blocage.
Deuxième temps: expiration.
Tant que vous bloquez et n'arrivez pas à le gonfler, vous devenez rouge, il y a une forte pression dans la tête et dans l'abdomen, et vous ressentez une poussée résultante sur le périnée.
Dès que vous arrivez à souffler dans le ballon, vous sentez les différentes pressions diminuer.
Il n'y a plus ce « bombé » vers le bas, mais au contraire la sensation que tout remonte, sans que vous ayez contracté le périnée.
En réalité, il est tiré vers le haut avec tout le reste par le diaphragme qui a commencé à remonter.
Mais votre ceinture abdominale s'est serrée de plusieurs crans !
La pression augmente donc autour de l'ampoule rectale, qui est alors plaquée contre le sacrum mais maintenue à sa place.
C'est donc le contenu qui va sortir et l'ampoule rectale va pouvoir se retirer vers le haut.

Exemple du vomissement
On peut encore comprendre ce système de pressions suspensions en observant ce qui se passe dans le vomissement:
une forte contraction des abdominaux en ceinture (pas ceux des ciseaux et pédalages) refoule le diaphragme et l'estomac.
C'est donc bien dirigé vers le haut.
Mais si vous avez une gastro-entérite et que vous avez en même temps la diarrhée, vous verrez que ça sort par tous les bouts, en jet en général!
C'est le tube de dentifrice serré au milieu et ouvert aux deux extrémités!
Et vous pourrez essayer de serrer votre périnée, de retenir, vous verrez qu'il est impossible de le maintenir quand le diaphragme remonte ainsi.
En fait, c'est la remontée du diaphragme qui va ouvrir le passage au moment de la défécation et non sa descente, comme dans la poussée bloquée.

La même chose se produit pendant l'accouchement.
Les femmes qui vomissent accouchent, car la poussée est très efficace et le périnée s'ouvre devant le bébé.
C'est pourquoi l'apprentissage de la poussée défécatoire pendant la grossesse est un bon entraînement pour l'accouchement, mais il faut que la future maman apprenne à pousser les selles, qui sont dans l'ampoule rectale, c'est-à-dire au niveau du bassin. contre le sacrum (étage périnéal), sans pousser le bébé qui est encore dans l'utérus, à l'étage abdominal.
Or, si elle pousse en bloquant le souffle, elle sent qu'elle fait descendre le bébé et l'utérus en même temps que le rectum et les selles.